Chaque année, 120 000 personnes sont sujets à un infarctus du myocarde. Parmi les victimes, 10% décèdent quelques heures après la crise et 15% succombent dans les mois qui suivent. L’infarctus du myocarde se manifeste lorsqu’une artère coronaire s’obstrue et engendre la destruction partielle du muscle cardiaque. Ce phénomène nécessite une intervention médicale d’urgence puisqu’il met en péril la vie de l’individu. Dans certaines situations, le corps envoie des signes d’alerte un mois avant la crise cardiaque, comme l’explique Doctissimo.

Le muscle cardiaque se contracte à un rythme régulier pour assurer ses battements et transporter le sang vers l’ensemble des organes du corps. Ainsi, le cœur pompe environ 5 litres de sang chaque minute pour alimenter les tissus du corps en oxygène. Très vascularisé, le muscle cardiaque se compose de deux artères coronaires qui fournissent de l’énergie au cœur. Ainsi, lorsqu’une artère coronaire se bouche, le muscle cardiaque ne reçoit plus d’oxygène, survient alors la crise cardiaque.

Les symptômes de la crise cardiaque

Comme l’explique le cardiologue Éloi Marijon à nos confrères du Figaro « on dit souvent que l’accident survient comme un coup de tonnerre dans un ciel bleu, mais une fois sur deux, ce n’est pas du tout ce qui s’est passé car les victimes ont eu des symptômes cardiaques au cours des quatre semaines précédentes ». Dans ce sens, une expérience scientifique réalisée par l’Université des Sciences Médicales de l’Arkansas a déclaré que certains symptômes étaient relatifs à cette urgence vitale. En effet, des femmes ayant subi une crise cardiaque ont ressenti des signes spécifiques quelques semaines à l’avance.

8 symptômes à reconnaître

– Des douleurs au thorax et une pression dans la poitrine

– Des nausées et des vomissements

– Des sueurs importantes

– Un essoufflement inexplicable

– Des douleurs allant de la nuque et la mâchoire au dos ou au bras gauche